Justice pénale et genre : un traitement judiciaire différent (...)

Aide juridictionnelle. Changements apportés par la loi de (...)

« Grand oral du CRFPA ».

Le sens de la peine pénale. Rapport à la Garde des sceaux de (...)

CEDH, Bono c. France, 16 décembre 2015 : condamnation (...)

|

Justice pénale et genre : un traitement judiciaire différent entre femmes et hommes délinquants (Faustine Büsch, Odile Timbart, INSEE, 7 mars 2017).

"En 2014, moins d’un délinquant traité par la justice sur cinq est une femme. Proportionnée à la gravité des faits et à la personnalité de l’auteur, la réponse pénale de l’institution judiciaire donne globalement la priorité aux mesures alternatives par rapport aux poursuites pour six femmes sur dix, tandis que quatre hommes sur dix en font l’objet. À l’inverse, 35 % des femmes auteures présumées sont poursuivies devant une juridiction de jugement contre plus de la moitié des hommes (53 %). Quand elles sont condamnées, les femmes bénéficient de sanctions moins lourdes que les hommes, tant en type de peines qu’en durée d’emprisonnement. Ainsi, plus on avance dans la chaîne judiciaire et pénale et plus le taux de féminisation diminue : de 18 % des personnes mises en cause à 15 % des auteurs faisant l’objet d’une réponse pénale, 10 % de ceux poursuivis devant un tribunal et moins de 4 % de la population carcérale

Ce traitement judiciaire différencié, en apparence plus clément envers les femmes, repose en partie sur trois facteurs appréhendables statistiquement :
- la nature des infractions commises,
- la complexité de l’affaire (approchée par le nombre d’infractions) - et le passé délinquant de l’auteur de l’infraction. En effet, la délinquance féminine est dans l’ensemble différente et moins violente que celle des hommes. Les femmes sont condamnées pour des affaires moins complexes et ont surtout deux fois moins souvent d’antécédent judiciaire.

La prise en compte simultanée du nombre d’infractions et de l’existence d’antécédent judiciaire réduit les écarts observés entre femmes et hommes, notamment pour le contentieux routier et l’usage de stupéfiants, où femmes et hommes font l’objet de sanctions identiques. Elle ne va pas jusqu’à les abolir pour les autres catégories d’infractions, notamment en matière d’atteintes aux biens ou aux personnes, pour lesquelles les femmes bénéficient de peines moins sévères que les hommes".

Justice pénale et genre INSEE, 7 mars 2017 by Anonymous LI4EJDveZ5 on Scribd

Mentions légales | Plan du site | Accès restreint